Vous pouvez cliquer sur les images pour les voir plus en détail.

jeudi 16 juin 2011

Reçu de Nadine L et en route pour le Sénégal

Rentrant du travail tout-à-l'heure, plus tôt qu'à l'habitude - nous sommes jeudi - j'ai aperçu un petit bijou multicolore, protégé dans un mince feuille de papier plastifié transparent, dans ma pile de courrier (hi, hi, hi... mais que de la pub). J'ai donc mis les enveloppes publicitaires de côté et suis restée un moment en admiration devant l'enveloppe avant de la scanner puis de la décacheter (une carte fort jolie avec un texte fort sympathique m'attendaient à l'intérieur, accompagné d'un joli marque-page fait main), le tout sur le thème de l'Afrique noire. C'est tout simplement superbe. Merci Nadine. Et même si tu sous-estimes un peu ton travail puisque tu n'avais pas ressorti tes peintures depuis un moment, je peux t'affirmer qu'à mes yeux c'est un petit joyau artistique. D'autant plus que la précision des détails de ta carte du Sénégal m'ont replongée dans des souvenirs encore frais et en tout cas toujours aussi chargés d'émotion : c'était la première fois que je me rendais en Afrique noire et nous l'avons fait, un ami de longue date et moi-même, à la façon de globe-trotters, n'ayant rien préparé de notre itinéraire sur place. Du coup, je suis retournée dans mon album photo numérique et ai rapporté quelques photos, triées parmi les plusieurs centaines que j'ai prises. Sébastien en a tout autant, voire plus, de son côté. J'ai sélectionné les trois villes principales : Dakar, Saint-Louis et Ziguinchor en Casamance. (Avril 2007).
D'abord ton enveloppe Nadine, et le joli marque-page double-face.


Et ma sélection de photos prises au Sénégal, au cours d'un "trip" d'une dizaine de jours en avril 2007, voyage que nous avions décidé une huitaine de jours avant d'acheter le billet d'avion (le Rectorat venait de me verser en une fois toutes les heures supplémentaires de l'année scolaire : le prix du billet aller-retour. Un visa n'est pas nécessaire pour le Sénégal. Je voulais surtout ne pas rester à Nancy ces dix jours de vacances scolaires. J'étais harassée de fatigue et j'avais absolument - vitalement si ça se dit - besoin de voir autre chose, besoin de m'évader. C'est le plus beau souvenir de déplacement et de découverte que j'ai de toute ma vie, lié aussi à cette amitié et cette complicité qui me lie à Seb depuis de nombreuses années. Nous y avons connu aussi de grands fou-rires, de grands moments d'émotions, et un grand choc de cultures à notre retour en France.

Dakar : capitale du Sénégal dont j'ai surtout retenu un abondant traffic routier, et des taxis jaunes (et des anecdotes que je ne peux pas raconter ici car elles tiendraient trop de place).







Dakar et sa jetée, à la tombée de la nuit. La nuit tombe très très vite en Afrique, tout au moins à la latitude où nous nous trouvions.

Après une journée passée sur l'île de Gorée, et deux ou trois nuits à Dakar, nous avons quitté la capitale en Ndiaga Ndiaye (transport en commun local), de nuit, parce Seb - féru de football- voulait absolument voir le match qui devait se jouer le samedi après-midi à Saint-Louis du Sénégal, et que dans l'avion qui nous avait déposés près de Dakar, nous avions rencontré le président de la ligue de football de St Louis qui nous avait laissé sa carte et avait promis de nous recevoir et de nous fournir des places pour ce match. La réalité fut tout autre. Nous n'avons jamais assisté au match mais vu le stade malgré tout, et surtout découvert un endroit tout simplement paradisiaque tellement c'est beau !!! On se croirait sur certaines plages de notre Bretagne française, avec ceci en plus : la chaleur et le ciel d'un bleu sans nuages. Nous avons aussi rencontré plein de gens merveilleux, d'autres un peu moins, visité le village des pêcheurs (mais je ne peux pas tout montrer ici, le blog va "ramer" si il y a trop de photos...)


Nous avons ensuite un peu baroudé dans les alentours de St-Louis, dormant en hôtel de brousse, revenant à St-Louis, puis nous avons quitté définitivement l'île de Saint-Louis pour retourner sur Dakar et y prendre le bateau pour la Casamance.
La route en taxi brousse : Seb se détend puisque trois ou quatre passagers viennent enfin de descendre du taxi et nous avons un peu plus de place pour étendre nos jambes.

Là, c'est moi vue sous mon meilleur profil. C'est pour cela que j'ai choisi plutôt cette photo qu'une autre ;D

Après une traversée en bateau de 16 heures (pour l'aller, idem au retour, sans compter les délais d'embarquement et d'attente), nous sommes arrivés à Ziguinchor, en Casamance. Ci-dessous un arbre typique utilisé pour fabriquer les pirogues : le fromager. Un arbre immense en taille !!

Ici je suis avec un ami - Omar - dans le centre franco-sénégalais où l'on retrouve toute la végétation que l'on peut trouver en Casamance qui est, contrairement à l'intérieur du Sénégal, une région très verdoyante. Balan, balan, balançoire... queli, queli, quelle histoire, tu m'entraînes tout là-haut, avec les oiseaux, oh, oh, oh .... (pour ceux et celles qui connaissent ou ont connu Anne Sylvestre).
Retour sur le Willis vers Dakar, où nous resterons encore une journée et demi avant de nous envoler à nouveau vers la France. Pas envie de rentrer......:))))
Coucou, j'te vois...
... moi aussi, na na nère...
Pour quelqu'un qui a la peau mate et ne prend JAMAIS de coups de soleil, je trouve que j'ai la peau du visage (et pas que du visage !) bien rouge. C'est ça l'aventure !!!!
J'avais d'abord consigné tout cela dans un premier carnet de voyage. (que j'ai toujours puisque je viens de le prendre en photo). J'en ai fait un second, via powerpoint et aussi un diaporama, mais impossible de remettre la main dessus. Je vous l'ai dit. Je suis un peu bor....ique. Donc j'ai fait une copie d'écran de mon diap. J'ai notamment changé la couverture par rapport au premier carnet en reprenant une partie d'un tissu (ou pagne) que j'avais partiellement dessiné afin de retrouver le même au marché. Et nous l'avons trouvé !!! grâce à la gentillesse, à la débrouillardise et la solidarité des habitants du cru (c'était à Ziguinchor).

Carnet de voyage - version deux

13 commentaires:

  1. De biens belles choses arrivent dans ta boîte aux lettres ces jours-ci! Bravo à toi et aux artistes qui te gâtent!
    Et tes photos du Sénégal sont superbes et on y perçoit tout le bonheur que tu en as tiré!
    J'espère que le rectorat n'attendra pas 6 mois pour se mettre à jour dans le versement des salaires de leur personnel remplaçant, corvéable et serviable à merci!
    Big bisous et bonne fin de semaine à l'avance.

    ps; demain je me lève à 5 heures du mat pour prendre le train à Dombasle à 6h22. On emmène 200 élèves à Europa Park et on part de la place Carnot à 6h45!

    RépondreSupprimer
  2. tu as reçu une enveloppe et un marque-page absolument magnifiques, quelle heureuse idée que ce mail art ! d'autant que cela t'a permis de rechercher pour nous toutes ces superbes photos, la vie nancéenne doit te sembler bien fade à côté, par moments !
    Une belle soirée à toi et merci pour ce beau "voyage" virtuel..

    RépondreSupprimer
  3. Tu as de la chance de recevoir de si belles enveloppes !
    Que de souvenirs dans ton billet et je sens une pointe de nostalgie .
    Je suis en retard de courrier ...je te "mail " :-)) bientôt.
    Plein de bisous Marie

    RépondreSupprimer
  4. La poste fonctionne vraiment de mieux en mieux.
    Belle enveloppe... et beaux souvenirs. Ta photo à la pêche est superbe...les autres le sont aussi !
    Bonne soirée Marie
    Bisous
    André

    RépondreSupprimer
  5. J'avais eu la joie et le privilège de voir tes photos du Sénégal avec le son et les commentaires. C'est un plaisir d'y replonger....
    Bises
    Reynald

    RépondreSupprimer
  6. Je réponds à tous et à toutes dès demain. Je viens seulement d'arrêter de bosser avec ma fille et je crois que je vais me coucher... et toute l'après-midi avec ma belle-fille pour mise au point sur powerpoint (elle a un entretien de boulot demain matin). J'ai donc eu une journée bien remplie. (ce matin, travail). Merci à tous et à toutes pour vos chaleureux commentaires. Gros bisous et bon courage à toi Mildred. 5 heures du matin, c'est plus trop mon truc. Ou alors il faut que j'ai une forte motivation pour me lever à cette heure-là.
    A tout vite.
    Marie

    RépondreSupprimer
  7. Waou je me dis que la route du virtuel m'a mené à toi et jai de la chance ... tu as ma foi un de ces blogs qui a de la matière, pas du vent !! génial. Alors, moi qui n'ai jamais bougé de la vie .. je me plais à lire ton "voyages"... merci.
    Ah que j'adore ces enveloppes que l'on crée pour chaque individu, je pensais hier soir justement que le fait d'écrire des commentaires me redonnait l'envie de courrier ... comme avant... j'aimais faire des bafouilles à ma frangine ou à mes amies , des pages entières (je n'ai jamais pu faire un brouillon car quand je voulais retranscrire au propre je repartais dans de nouvelles phrases au gré de la pensée, je commençais à écrire en m'appliquant et je finissait de nouveau à écrire vite et du coup moins bien ... interminables était mes courriers (éclat de rire)
    Depuis 2008 aussi je crois bien que je blogue (fin Aout je pense) et il est vrai que je n'aurais jamais imaginé une telle chose !!!
    Je suis une bavarde .. je file boulot oblige
    Bises virtuelles Marie
    @ plus tard ... c'est sûr !
    Sabine

    RépondreSupprimer
  8. Coucou Salily, viens "bavarder" autant que le coeur t'en dit, j'aime aussi beaucoup la correspondance. Du temps (pas si lointain, à peine 4 ou 5 ans) où l'on s'écrivait encore en vrai de vrai (je ne connaissais même pas l'existence des blogs), je n'écrivais jamais moins de trois feuilles pleines (6 pages). j'ai ainsi échangé une nombreuse correspondance avec certains amis. Et je ne calculais pas : automatiquement, c'était 3 feuilles. Au début, j'avais le même "débit" avec mes emails et un homme avec qui j'ai correspondu dans mes débuts avec l'adsl m'a reproché la longueur de mes courriels. J'ai donc appris à synthétiser, allant même jusqu'à me taire totalement. Pourtant, dans la vie en vrai, ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas une "bavarde". Pour des raisons personnelles remontant à très loin, j'ai la plume plus facile que le verbe. Et en parlant de plume, j'ai vu une grosse affiche hier sur l'auteur dont je t'ai parlé du livre que je lis en ce moment : il a sorti un nouveau roman : "Le jeu de l'ange". Gros bisous Sabily. A tout vite.
    Marie

    RépondreSupprimer
  9. Coucou Reynald, Bien sûr que tu les as vues en vrai de vrai ces photos (et même toute la série), avec les commentaires audios (ma si jolie voix) et peut-être même une ou deux mini-vidéos. Par contre, je ne sais pas si tu as déjà vu la nouvelle que j'ai publiée ce matin (non, pas une nouvelle que j'ai écrite, je les ai toutes déchirées eight years ago), ils installent des parcmètres dans la rue.... bouh... où vas-tu pouvoir garer ton véhicule ?
    Ce n'est pourtant pas une rue très calme et très paisible la nuit, tu en sais quelque chose. Ils auraient au moins pu nous en laisser la gratuité de stationnement.
    Gros bisous Reynald. Merci pour tes visites (virtuelles et non virtuelles).
    A bientôt.
    Marie

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour André, je suis contente que les photos et l'enveloppe de Nadine te plaisent. J'ai choisi vite fait. Je n'ai pas forcément mis les plus jolies, mais j'ai gardé un souvenir formidable de ce premier "trip" de mon existence. Bonne journée. Bisous.
    Marie

    RépondreSupprimer
  11. Coucou Anne-Marie, j'attends ton email avec impatience mais fais ce que tu as à faire avant. Ici le temps ne compte pas. Tu n'as pas totalement tort en évoquant une certaine nostalgie bien que je ne vive pas au quotidien avec cette nostalgie-là. C'est la carte dessinée sur l'enveloppe par Nadine qui m'a rappelé celle que j'avais dessinée sur ma deuxième version du carnet de voyage. Du coup, mes idées se sont enchainées et j'ai eu envie de montrer quelques vues des villes clefs du Sénégal et forcément les moments de bonheur qui se lisent sur mon visage et la complicité que j'ai avec cet ami de longue date. Je pense que voyager avec quelqu'un (surtout en pays inconnu) n'est pas chose facile et qu'une grande confiance réciproque et une certaine connivence est indispensable. Toutes les conditions ici étaient réunies.
    A tout vite Anne-Marie.
    Bien tendrement,
    Marie

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour ma p'tite Ambre, je sais que tu adoooores les photos. Alors, je suis contente que tu aies aimé celles-ci. Je ne te contredirai pas sur le reste de ton message : en effet, ça manque un peu de "piment" et de couleurs. Gros bisous Ambre. Je t'ai écrit ce matin. A tout vite.
    Marie

    RépondreSupprimer
  13. Coucou Mildred,
    A l'heure où je t'écris tu dois être en train de t'éclater sur les manèges, à moins que tu ne sois en train de courir partout après les élèves indisciplinés... tu me raconteras.
    En effet, j'ai été super gâtée ces derniers jours. Même le facteur ou la factrice doit s'en réjouir. J'ai connun un ami facteur (le frère de S.) : il disait quel plaisir quand il avait une lettre qui sortait de l'ordinaire à déposer dans une boîte à lettres. Le plaisir est contagieux. A consommer sans modération...
    Bisous la miss, et à tout vite.
    Marie

    RépondreSupprimer

Merci pour votre visite et votre commentaire